Mon Fuji

Le vent. Tellement fort que l’on a du mal à tenir debout. Et l’attente fébrile.
Dans quelques secondes le spectacle commence, le ciel est déjà clair et l’horizon rougit. tout autour de nous la roche prend des teintes de rouille. Ça et là, des marcheurs fatigués s’abritent tant bien que mal contre des rochers. Assis l’un contre l’autre, sourire aux lèvres, nous retenons notre souffle…

Nous sommes arrivés vers 18 heures au pied du Mont Fuji ce lundi 16 juillet. Nous sommes à 2400 mètres et le paysage est déjà magnifique : en contre-bas une mer de nuage, au dessus de nos têtes le sommet, bien visible, et entre les deux le coucher de soleil, teintant le ciel d’une multitude de couleurs. Nous prenons notre temps pour nous habituer à l’altitude. Tokyo est au niveau de la mer et le mal des montagnes gagne souvent les imprudents qui s’élancent directement vers le sommet.


Sommet du Mont Fuji vu depuis Fujinomiya Gogome – Juillet 2012

21 heures. Nous allumons nos lampes frontales et commençons l’ascension. Le chemin est bien raide, moins toutefois que lors de nos précédentes randonnées. Et puis nous le connaissons déjà…
Trois jours avant nous avons tenté une première fois de rallier le sommet du Mont Fuji. Le temps était menaçant, mais malgré l’alerte d’orage nous avons persisté. La date était symbolique pour nous, trop pour nous apercevoir de notre erreur sans doute. Heureusement, au départ, un membre de l’équipe de sécurité nous fait réserver une nuit dans un refuge à mi-chemin, refusant de nous laisser passer la nuit sur le sentier. Une fois dans le refuge, l’orage s’est bel et bien abattu sur nous. Et il s’est révélé être une véritable tempête. Si bien que le chemin a été fermé, impossible d’aller plus haut, nous avons dû rebrousser chemin, nous promettant de retenter dans de meilleures conditions.
Et celles de ce lundi sont idéales. Si le vent souffle toujours très fort, le froid ne se fait pas encore sentir et surtout le ciel est dégagé. Quelle vue ! A nos pieds les lumières des grosses villes scintillent, éclairant les quelques nuages qui les survolent, et dans le ciel de nombreuses étoiles leur font écho. Derrière nous d’autres marcheurs dont les lampes font comme une file de lucioles sur la pente du Mont Fuji. Peu de temps pour rêvasser toutefois, chaque rafale nous rappelle que nous sommes en haute montagne et qu’il nous faut être attentifs.


Vue depuis le Fujinomiya Trail – Juillet 2012

Nous arrivons à mi-chemin, à la 7ème station, plus rapidement encore que la première fois. Ce n’est pas facile mais pour l’instant nous ne sommes pas trop fatigués. Et du coup, nous sommes un peu trop en avance. Il est donc temps de faire une pause un peu plus longue que prévue, histoire de ne pas arriver trop tôt au sommet et d’attendre des heures dans le vent et le froid. A minuit, nous repartons. La deuxième partie de l’ascension est un peu plus raide, un peu plus rocheuse, et parfois elle ressemble bien plus à de l’escalade qu’à de la marche mais nous gardons un bon rythme. Et refaisons des pauses régulières puisque nous ne pensions pas être si rapides !

Il est 3 heures 30. Nous avons passé la dernière station avant le sommet. Le chemin est de plus en plus raide, nous sommes de plus en plus nombreux dessus, sans que cela nous gène pour autant. Les derniers mètres sont les plus difficiles, le vent est toujours très fort, le froid a fait sa grande entrée (la neige est encore présente en plaques autour de nous), l’oxygène se fait rare… Je fatigue vraiment mais pas question de ralentir : on commence à y voir clair et au loin, du rouge apparait.


File de marcheurs sur le Fujinomiya Trail – Juillet 2012

Un grand Torii de bois annonce le sommet. Enfin ! Nous y sommes ! David me prend la main et nous entrons ensemble dans l’enceinte sacrée du sommet. Nous sommes revigorés par l’arrivée. Si bien que je me mets presque à courir pour atteindre une zone plus en hauteur qui nous permettra d’avoir la meilleure vue sur la plaine à l’est. Nous nous asseyons, euphoriques, au milieu des roches noires et rouges. Nos yeux se rivent sur l’horizon et l’attente commence.

Le voilà ! Alors que le ciel devient de plus en plus clair, que l’horizon se pare de rouge, de rose et de jaune, le disque rouge se devine soudain entre deux nuages. Brève apparition qui nous remplie de joie ! Rien n’est plus simple, ni plus certain que le lever de soleil, et pourtant sa vision nous parait extraordinaire. L’astre passe enfin par dessus les nuages et ses rayons éclatants nous éblouissent. Je ne saurai décrire notre émotion à ce moment là, un mélange de joie toute simple d’être là, ensemble, vivants, et d’incrédulité devant le chemin parcouru : cette ascension, ce voyage, ces dix années ensemble…


Lever de soleil depuis le sommet du Mont Fuji – 17 Juillet 2012

La lumière inonde maintenant la vallée et nous contemplons la vue qui s’offre à nous. Tokyo au loin, encore endormie. La péninsule d’Izu et sa chaîne de montagnes où nous étions la semaine précédente. Le lac Yamanaka et les montagnes qui entourent la capitale.

Nous finissons par nous lever pour rejoindre le petit restaurant et le temple, histoire de se mettre à l’abri et d’avaler une soupe bien chaude. Au passage je jette un œil au cratère profond de 200 mètre et en partie recouvert de neige : impressionnant.


Cratère du Mont Fuji – Juillet 2012

6 heures du matin. Je réalise que je suis tout de même fatiguée et nous nous remettons en route. Nous changeons de chemin pour la descente pour en prendre un plus long. Il est moins pentu, mes genoux me remercient, et surtout moins fréquenté (quasiment personne en fait). La première heure de descente sous un soleil de plomb a raison de mes dernières forces. Je me demande comment je vais tenir jusqu’au bout. Nous faisons une pause à la station et je m’endors sur un banc… Il faut tout de même arriver 2000 mètres plus bas, la sieste est donc de courte durée.
Et soudain devant nous, ce qui fait l’intérêt de cette autre route : une longue voie toute droite, bien pentue et recouverte de gravier. Je commence à descendre tranquillement pendant que David accélère le pas et se met à courir. Impossible de résister : je le suis ! Oui, oui, on en arrive au passage où personne ne va me croire et pourtant : j’ai descendu le Mont Fuji en courant ! Après des heures et des heures sans dormir ! Même moi j’ai du mal à le croire, heureusement que David m’a filmée…


Course sur le Gotemba Trail – Juillet 2012

On arrive en bas assez vite du coup, étonnamment en forme et heureux comme des gamins ! Bon en revanche, notre état esthétique laisse à désirer : nous sommes recouverts de poussière noire de la tête au pieds. Effet garanti dans le métro du retour. Mais cela en valait franchement le coup, je ne pensais pas autant m’amuser !
Nous lançons un dernier regard à Fujisan, un regard complice, maintenant nous nous connaissons bien, et nous montons dans le bus qui nous ramène plus bas, dans la vallée.

Informations pratiques :

Les 5 routes du Mont Fuji
Il y a 5 façons d’arriver en haut du Mont Fuji : par le Fujinomiya Trail, par le Gotemba Trail, par le Subashiri Trail, par le Yoshida Trail et par le Kawaguchiko Trail qui rejoins en fait le Yoshida.
La route la plus empruntée est la Kawaguchiko/Yoshida, 6 heures en montée. La plus courte (mais aussi la plus raide) est la Fujinomiya, 4 heures en montée. C’est celle qu’on a emprunté et on a mis à peu près ça (et on a donc été obligés de faire de longues longues pauses pour ne pas arriver trop trop tôt au sommet). La route la plus longue est la Gotemba, dont le départ est 1000 mètres plus bas que les autres, celle qu’on a emprunté en descente : 7 heures en montée mais « seulement » 3 heures en descente, le chemin du retour n’étant pas le même (on a mis nous 2 heures 30, en courant la moitié du temps).
Vous avez ici une carte en PDF, attention c’est la version 2011, les horaires des bus ne sont pas les bons.

Y aller (et revenir)
Les chemins ne sont ouverts qu’en juillet et août, n’espérez donc pas trouver de moyens de vous rendre sur le Mont Fuji en dehors de cette période.
Pour arriver au départ de chacune de ces routes, c’est-à-dire à une des 4 « 5ème station » il faut prendre des bus qui ne partent pas du même endroit selon la route que l’on souhaite rallier.
-> Pour aller à la Kawaguchijo Gogōme (=5ème station), le bus part de Shinjuku, met 2 heures 20 et coûte 2600 yens. C’est le moyen le plus rapide et un des moins chers, ce qui explique la popularité de ce trail.
Départ Keio Bus Terminal, Shinjuku Ouest. Derniers bus : 17h50 (arrivée 20h15) et 19h30 (arrivée 21h55), premier bus retour 10h (arrivée à Shinjuku 12h20). /!\ horaires valables du 1/07/2012 au 31/08/2012.
-> Pour aller à la Fujinomiya Gogōme, deux bus possibles :
-au départ de la station de Mishima (qu’on peut rallier en Shinkansen pour 3800 yens), le bus met 2 heures (ce qui fait environ 4 heures en tout depuis Shinjuku), coûte 2300 yens pour un aller simple (3000 yens l’aller-retour, à prendre à la station de Mishima si vous compter revenir par la même route). Derniers bus : 16h15 (arrivée 18h20) et 18h15 (arrivée 20h20), premier bus retour 9h (arrivée à Mishima 10h55). /!\ horaires valables du 16/07/2012 au 21/08/2012.
-au départ de la station Shin-Fuji (Shinkansen) ou de la station Fujinomiya (plusieurs possibilités pour rejoindre cette station, ça prend environ 3h depuis Shinjuku si on se débrouille bien pour 2500 à 4000 yens selon la route), le bus met 1h15 depuis Shin-Fuji et 40 minutes depuis Fujinomiya et coûte 2300 yens aller simple (3000 aller-retour). Derniers bus : 16h20 à Shin-Fuji, 16h55 à Fujinomiya (arrivée 18h15) et 17h45 à Shin-Fuji, 18h20 à Fujinomiya (arrivée 19h40), premier bus retour 9h30 (arrivée à Fujinomiya 10h35 et à Shin-Fuji à 11h05). /!\ horaires valables du 15/07/2012 au 31/08/2012.
-> Pour aller à la Gotemba Gogōme, le bus part de la station de Gotemba (qu’on atteint en 2 heures avec la Odakyu line puis la Gotemba Line pour 1200 yens depuis Shinjuku), met 40 minutes et coûte 1080 yens pour les express, il met 1 heure et coûte 1500 pour les lus longs. Horaires des express : Derniers bus : 15h30 (arrivée 16h10) et 16h20 (arrivée 17h), Premier bus pour redescendre : 9h45 (arrivée à Gotemba 10h15). /!\ horaires valables du 13/07/2012 au 31/08/2012.

Equipement de choc ! - Mont Fuji - Juillet 2012

L’équipement
Vous pouvez tenter en short, T-Shirt, basket comme certains que nous avons vu mais personnellement je n’aurai pas tenu plus d’une heure comme ça. Mon équipement à moi se composait de : bonnes chaussures de marche, bâtons, pantalon chaud, polaire et coupe-vent pendant la montée, plus un gros blouson très très chaud pour les pauses et une fois au sommet, des gants et un bonnet. Il y a avait BEAUCOUP de vent et en haut il devait faire environ 5°C, mais avec le vent on se gelait. J’étais donc bien contente de chacun de ces éléments.
J’avais aussi des lunettes de soleil pour la descente. J’avais oublié la crème solaire et mon nez m’en veut.
Côté ravitaillement : de quoi faire un bon repas au départ, plus un repas léger en haut et 2L d’eau par personne.
La seule chose pas indispensable dans tout ça c’était les bâtons, mais ça aide bien pour la montée.

La durée, le rythme, la difficulté
On a marché 4 heures en montée sur le Fujinomiya Trail, on a fait au moins 2 à 3 heures de pauses en cumulé. Pas par nécessité mais pour ne pas arriver en haut trop tôt. Si c’était à refaire, on partirait moins tôt. Là on est arrivés à 18h20 à la 5ème station et on a démarré vers 21h. Il aurait été mieux d’arriver avec le bus de 20h20 et de partir vers 22h30. Le fait de rester quelques heures à la 5ème station (et de faire des pauses régulières) nous a permis de nous acclimater à l’altitude et c’est une très bonne idée puisque contrairement à notre première demi-tentative, nous n’avons pas du tout ressenti le mal des montagnes.
Nous avons marché à une allure raisonnable et mis à peu près le même temps que prévu par les pancartes. La montée et la descente n’ont pas de grosses difficultés en elles-mêmes et ne sont pas « si » longues en comparaison de ce qu’on avait déjà fait précédemment, ce qui complique les choses c’est de le faire de nuit, donc sans dormir et – je le répète – l’altitude.

Voilà, normalement vous avez toutes les infos possibles pour faire le Mont Fuji (cet été, vu que les horaires de bus que je vous donne ne seront peut-être pas les mêmes l’été prochain !).
Gambatte !

Cette entrée a été publiée dans Hors de Tokyo, Randonnée. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

13 réponses à Mon Fuji

  1. likura dit :

    Oh lala trooop bien !!
    ça me rappel des souvenirs, car nous aussi on a montée Fuji-san…enfin moi par contre j’ai était malade et je me suis arrêté à 7ème station (ou j’ai dût vider mes intestins !)
    Mais j’ai vu le levé du soleil et mon chéri à continuer tout en haut ^^
    super souvenir que vous allez rapporter avec vous^^

  2. Sweet dit :

    Aaah magnifique magnifique…. Que de souvenirs ! Que d’émotions…. !!

  3. Julien Peltier dit :

    Bravo et merci pour cette année au Japon, à laquelle nous avons participé de loin !
    Un peu égoïstement, on a hâte de vous revoir, quand même, et bien des choses à vous raconter. Bon retour !

  4. karl dit :

    おめでとうございます。

    Il m’a fallu arrêter juste avant le sommet, ne me sentant pas bien. Mais nous avons vu le lever de Soleil. :) Magnifique. Et surtout je suis redescendu en courant ;) Et plus je descendais, plus je me sentais mieux.

  5. Kout dit :

    Magnifique récit, superbes photos… j’aurai voulu que cette lecture ne s’arrête pas, j’en ai eu des frissons et les larmes aux yeux!!! Que je suis heureuse que vous ayez vécu tout ça!! et merci de nous l’avoir fait partager jusqu’au bout sans jamais nous abandonner!

  6. petitadrien dit :

    Très jolie balade (tu as été trèèèès vite pour mettre tout ça en ligne !) et trèèès jolies photos ! Merci pour toutes les infos, extrêmement utiles :)
    Et belle conclusion pour votre aventure nippone…

  7. Ping : Les Liens Hebdos 7 | Totoro Times - Japon • Urbex • Aventures

  8. Guillaume dit :

    Merci de nous avoir fait partagé cette belle balade avec ces magnifiques photos ^^

  9. Gé et Jo dit :

    Félicitations ! Et que dire de ce récit sinon qu’il m’a enchantée….. comme tous les autres d’ailleurs ! Merci de nous avoir fait partager votre séjour au bout du monde.
    Bises marseillaises de nous tous !

  10. Guillaume dit :

    C’est marrant, auparavant le Japon ne m’attirait pas du tout, et depuis quelques temps, j’ai de + en + de monde autour de moi qui s’y rendent et en reviennent enchantés. Et quand je vois les images et les témoignages sur ce blog, ca me donne également envie de m’y rendre !

  11. sphax3d dit :

    C’est en effet l’occasion de vous (te) remercier de nous avoir fait partager votre voyage. Ça m’a vraiment fait rêver ! Merci :)

  12. Ping : 3,776 m « Les histoires de Petit Adrien

  13. Moi aussi j’irai un jour ;-) ! Vraiment superbes les photos ça donne envie !