Trouver la recette de la magie au musée Ghibli

En route vers le musée Ghibli - Juin 2012

Le musée Ghibli est un lieu un peu à part. Cette grande bâtisse consacrée aux films des studio Ghibli n’est pas un musée traditionnel, mais plutôt un petit morceau de l’univers onirique de Monsieur Miyazaki.

Princesse Mononoké, Mon voisin Totoro, Ponyo sur la falaise ou encore Kiki la petite sorcière, autant de films d’animation qui ont dans l’inconscient collectif des Japonais la même place que les films Disney, ici comme ailleurs. Si vous les avez vu, alors vous comprenez que je parle de magie et de rêve. Sinon corrigez cette erreur au plus vite.

Le Musée Ghibli donc, a été construit en 2001 avec comme objectif de partager un peu de l’univers du réalisateur phare des studio. Le bâtiment en lui même est presque entièrement recouvert de verdure. A l’entrée on est accueillis par un Totoro géant qui tient le guichet. A l’intérieur plusieurs types de salle : celles qui présentent le travail de Miyazaki et son équipe, des aquarelles, des dessins, des schémas, des storyboard… le tout punaisé au mur ou étalés sur des tables à dessin, de manière à nous donner l’impression d’être entré dans la salle de travail elle-même ! Une autre salle nous présente des machines étranges, comme les aime Miyazaki, qui en s’animant font défiler les personnages de ses films, sur bobines ou en figurines. Une autre encore est consacrée à des expositions temporaires, dans mon cas il s’agissait des contes occidentaux avec de vieilles illustrations issues de manuscrits du Moyen-Age, assez amusant de voir le contraste des cultures…
On voyage de salle en salle par des escaliers en colimaçon, de petits couloirs et des portes en bois, la bâtiment en lui-même fait partie de l’univers. Puis on traverse une pièce dans laquelle trône fièrement un chat-bus envahi d’enfant et on atteint le toit où un robot géant du Château dans le Ciel, nous attend. Enfin on termine la visite par la salle de cinéma pour regarder un court-métrage inédit. J’ai eu la chance de voir Mei to Konekobasu (Mei et le Chatonbus), une petite suite du film Mon voisin Totoro, le Miyazaki préféré des Japonais et peut-être aussi le mien. Ce court-métrage vaut à lui seul la visite (je ne suis absolument pas objective mais peu importe) !
Le musée comporte également une boutique et un café, le Café du Chapeau de paille. Je vous conseille une pause dans ce mignon café qui propose des douceurs incroyables (le parfait du Chapeau de paille, spécialité de l’été, est une merveille !).

Une visite au musée Ghibli c’est l’assurance de retomber en enfance pour quelques heures et de finir la journée émerveillé…

Pour le côté pratique du comment on y va et combien ça coûte, je vous envoie sur ce lien qui explique tout. Gardez en mémoire qu’il faut impérativement acheter les billets à l’avance, aucun n’est vendu sur place. Et si comme moi vous optez pour l’achat au Japon et donc au combini Lawson, pas de panique : demandez gentiment à un employé de vous aider avec la machine à billets (oui parce qu’il faut entrer son nom, choisir le jour et l’heure… et attention Ghibli se prononce « Djibouli » !).

Enfin, en allant au musée ou en revenant selon votre horaire de visite, plutôt que de refaire le trajet Station de Mitaka-Musée, traversez donc le parc d’Inokashira vers/depuis la station Kichijoji. Le parc est très agréable, avec un petit temple, un grand lac, beaucoup de grands arbres (et un zoo)… très reposant !

Je vous laisse avec quelques photos de l’extérieur du musée et du parc (les photos ne sont pas autorisées à l’intérieur… il faudra aller voir ça par vous-mêmes !)

Cette entrée a été publiée dans Kawaiiiiiii, Tokyo. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

Une réponse à Trouver la recette de la magie au musée Ghibli

  1. Gé et Jo dit :

    Salut les Japan’s lovers ! et merci pour cette visite culturelle ! J’adore te lire Emilie, ça me fait voyager et découvrir le monde où vous vivez actuellement ! Bises marseillaises de nous tous !