Hakone

Hakone-Yumoto - Avril 2012

Remontons un peu dans le temps de quelques mois et retrouvons nous un beau matin d’avril, à 5 heures du matin…
OUI 5 heures du matin ! Pourquoi ? Parce que je vis avec un fou dont le crédo est « il fait toujours beau le matin et moche l’après-midi en montagne ».
Alors certes, il n’a pas tort. Toute la difficulté arrive lorsque l’on se penche sur son concept de montagne. Parce qu’à Okinawa par exemple, elle était où la montagne hein ? Et à Tokyo, HEIN ?
Mais fermons cette parenthèse de mauvaise foi parce que là, en l’occurrence, Hakone C’EST la (basse) montagne. Et qu’il avait raison, en plus.

Donc nous partons à l’aube (enfin, l’aube… vu qu’il fait grand jour à 5 heures même en plein hiver, ça aussi c’est un concept relatif) prendre le train à la gare de Shinjuku, direction Hakone. Le trajet dure deux bonnes heures, en train d’abord jusqu’à Hakone-Yumoto, puis en bus jusqu’à Moto-Hakone-ko, au bord du lac Ashi. Le plus pratique est d’acheter un Hakone FreePass (au comptoir Odakyu) à Shinjuku qui comprend l’aller-retour et une fois sur place permet d’utiliser les bus, bateaux, funiculaires de manière illimitée pendant 2 ou 3 jours.

Une fois à Moto-Hakone-ko nous allons longer à pieds le lac Ashi vers Hakone-machi (carte d’Hakone et bus). Nous commençons par aller sur le port de Moto-Hakone pour admirer la célèbre vue qui fait la réputation du lieu : le lac, le Torii du sanctuaire d’Hakone et le Mont Fuji.

Lac Ashi – Hakone-Moto – Avril 2012

Nous avons de la chance : il est 7 heures du matin, il fait un temps magnifique et le Mont Fuji est bien visible ! (ce qui n’était pas le cas lors de notre précédente visite en avril 2009)
Il y en a un qui s’obstine à dire que ce n’est pas de la chance, mais lalala je n’entends rien.
Nous sommes aussi contents que des gamins le soir de Noël (il faut dire que nous étions très très déçus en 2009) : Il est là ! Il est là ! Et il se fait mitrailler de photos, évidemment.

Nous empruntons ensuite l’allée des Cèdres le long de la route, plantés là au 17ème siècle pour apporter un peu de fraîcheur aux voyageurs qui empruntaient la route du Tokaido reliant Tokyo et Kyoto. Les arbres sont hauts et droits, ils sentent bon le cèdre (logique) et forment de grandes ombres ; il en ressort une atmosphère impressionnante.

Notre seconde étape est le Jardin Impérial de Hakone. Après un café mérité (vive les distributeurs de boissons en canettes CHAUDES) nous grimpons les allées de ce petit promontoire pour aller admirer notre deuxième vue de la journée sur le Mont Fuji. C’est beau, on ne s’en lasse pas.

Nous poursuivons jusqu’à Hakone-Machi et au point de contrôle de Hakone. Il s’agit d’une reconstitution de l’ancien poste construit sur la route du Tokaido en 1619. L’objectif était bien entendu de contrôler au plus près les déplacements entre Tokyo et Kyoto, les passages d’armes, les mouvements des femmes (car les épouses et filles des seigneurs étaient confinées à Edo (Tokyo) pendant que leurs maris retournaient contrôler leurs fiefs, pas tout à fait des otages mais presque, histoire de s’assurer que le seigneur en question revienne à la capitale et PAS avec son armée de préférence). La reconstitution est très bien faite et la visite nous en apprend un peu plus sur tout ça.

Après ça demi-tour vers Hakone-Moto ! Nous aurions voulu traverser le lac Ashi en bateau comme nous l’avions fait en 2009 mais le vent était de plus en plus fort et les bateaux ne sortaient plus. Ce n’est pas tant le bateau en lui-même (déguisé en bateau pirate, surprenant, amusant, mais pas trop à sa place dans ce paysage) que la vue sur le lac qui vaut la traversée.
Nous mangeons des Udon sur le port d’Hakone-Moto (le vent a apporté de légers nuages et nous ne voyons plus du tout le Mont Fuji qui semble tout simplement s’être évaporé !) et repartons vers le sanctuaire d’Hakone, dont on voit un Torii sur le lac.

Le Hakone Jinja est petit mais vaut le détour. On y accède par un long escalier montant à travers une dense forêt de cèdres. Le sanctuaire en lui-même est très beau, rouge et vert, aux statues recouvertes de mousse. Un des plus jolis et reposants que nous ayons visités au Japon. Nous aurons en plus la chance d’y croiser un mariage.

Hakone Jinja – Avril 2009

A défaut de bateau, c’est en bus que nous rejoignons notre prochaine destination. Nous prenons le bus jusqu’à Gora, puis le funiculaire jusqu’à Souzan et enfin nous nous envolons en téléphérique jusqu’à Ōwakudani.
Ōwakudani, « la grande vallée bouillante », se situe sous le cratère du Mont Kami, sur le flanc du volcan Hakone dont la dernière éruption il y a environ 3000 ans a façonné le paysage actuel. L’activité du volcan se manifeste aujourd’hui par des fumerolles et des sources soufrées et très chaudes. L’odeur de soufre est suffoquante et il est conseillé de se couvrir la bouche et le nez car le Sulfure d’hydrogène dégagé est très toxique. Cela n’empêche pas les touristes de fréquenter le lieu en masse et de se plier à la croyance locale : manger un œuf cuit dans les sources bouillantes de Ōwakudani rallonge l’espérance de vie de 7 ans. Les œufs en questions sont vendus à plusieurs endroits autour de la station de téléphérique ; ils sont rendus tous noirs par la cuisson dans l’eau soufrée mais gardent parait-il un goût basique d’œuf dur. Alors non, nous ne nous sommes pas pliés à la coutume, d’abord parce que l’œuf dur, j’aime pas, ensuite parce qu’avec cette odeur de soufre qui sent JUSTEMENT l’œuf pourri, ça donne pas franchement envie, et puis parce qu’avec tout le soufre qu’on aura respiré autant ne pas en plus en manger, ça va aller, merci.
L’intérêt premier de la visite c’est cette ambiance fin du monde : la roche à nue du volcan, les sources blanches remplies de soufre, les fumerolles partout… Une impression assez fantastique et le sentiment d’être vraiment vulnérables face aux puissances de la nature…

Owakudani – Hakone – Avril 2012

Il est temps de finir cette journée bien remplie et de rejoindre notre petite auberge pour la nuit. Nous longeons à la guesthouse Fuji-Hakone – comme beaucoup d’étrangers car elle a l’avantage d’avoir un formulaire de réservation en ligne et en anglais. Nous nous étions déjà arrêtés là en 2009 et c’est vraiment une formule idéale : les jeunes filles qui la tienne parlent anglais, les chambres sont très jolies, en tatamis et avec futon, le petit déjeuner est un régal (avec des fruits !) et surtout il y a deux onsen : un intérieur et un extérieur, que l’on réserve chacun son tour pour y aller uniquement en famille. Ah le bonheur de l’onsen après une journée froide ! L’eau d’Hakone est sans surprise très chaude et blanche de soufre. Après un bon bain, nous allons dîner dans les environs de la guesthouse (attention les restaurants sont peu nombreux, ferment tôt et ne sont pas toujours ouvert en semaine/en hors saison) dans un restaurant de barbecue coréen délicieux. Nous nous couchons tôt et dormons très bien sur les futons : signe de notre grande fatigue.

Le lendemain lever tôt (encore) pour aller grimper le Mont Kintoki. Malgré l’heure avancée le temps est couvert (pas assez tôt m’a-t-on dit… non mais autant de mauvaise foi, je vous jure !), du coup nous n’aurons pas la vue sur le Mont Fuji qui semble être magnifique depuis le sommet (et encore plus au couché du soleil comme le montre les jolies photos d’Adrien). La montée se fait en environ 1h30, mais ça grimpe dur ! Certes toutes les randonnées en montagne montent violemment, on ne s’embarrasse pas de lacets et autres virages au Japon, on veut aller au sommet : on y va tout droit. Mais là, la fin du chemin se fait presque en escaladant les rochers, c’est assez impressionnant (et éreintant !). Nous arrivons donc en haut fourbus et frigorifiés, mais heureusement un petit refuge nous fourni un abri et du chocolat chaud revigorant !
La vue n’est donc pas au rendez-vous, et c’est dommage parce que l’on peut sans peine imaginer comme elle doit être belle par temps dégagé…
Du coup nous redescendons assez rapidement par un autre chemin qui nous mène à petit temple et on reprend le bus depuis Sengoku (tout près de là où nous avons logé et au pied du départ de la rando), en direction de Hakone-Yumoto. Avant de reprendre le train du retour une promenade dans Hakone-Yumoto s’improvise. Le village est très joli, d’autant que nous sommes au début de la saison des cerisiers en fleurs, avec plein de petites boutiques de souvenirs et de jolies chutes (Tamadare no taki) dans un charmant petit parc derrière un hôtel (qui donne envie d’y séjourner du coup).

Château d’Odawara – Avril 2012

Sur le chemin du retour nous faisons une halte à Odawara pour y visiter le château. Une jolie découverte ! Le château est très joli, entouré des cerisiers en fleurs, et son parc offre une balade des plus agréables. Il est en plus tout près de Tokyo, il se visite pour très peu cher, mais est étonnamment assez peu souvent recommandé dans les guides. De notre point de vue, si vous restez dans le Kanto et n’avez donc pas la possibilité d’aller visiter Himeji (qui est de toute façon en rénovation pour encore 3 ans), ni Osaka, le château d’Odawara fera parfaitement l’affaire ! Et même si vous allez en voir d’autres en fait, il mérite le coup d’œil…
Le château initial date de 1495 (mais celui-ci est une reconstruction de 1960) et fut le fief du puissant clan Go-Hōjō pendant un siècle. Il résistera à deux sièges (dont un par Takeda Shingen) avant de tomber sous les coups de Toyotomi Hideyoshi puis sous la coupe du shogunat Tokugawa.

Après ces deux jours bien remplis autant vous dire que nous avons bien dormi ! Ravis d’avoir, enfin, pu admirer cette célèbre vue du Mont Fuji…

Cette entrée a été publiée dans Hors de Tokyo, Randonnée. Vous pouvez la mettre en favoris avec ce permalien.

7 réponses à Hakone

  1. kureno dit :

    Beau et romantique

  2. kout dit :

    Magnifique!! heureusement que vous vous levez tot pour voir toutes ces merveilles :-) ))

  3. Poison Lady dit :

    Encore une fois un article et des images qui font rêver, et voyager même en restant sur sa chaise.
    Les cèdres sont impressionnants!

    Sinon, les cordes nouées comme on peut en voir souvent autour des arbres, ou ici aux chutes, ça a une signification particulière?

    Tu n’as pas eu l’occasion de faire des photos du bateau par hasard? ^^

  4. Ping : Les Liens Hebdo 3 | Totoro Times - Japon • Urbex • Aventures

  5. Ping : 7 jours, 7 blogs | Vies Nippones

  6. petitadrien dit :

    Haha, j’ai p’têt eu la vue depuis le Mont Kintoki, mais par contre, je suis très jaloux de vos photos à Moto-Hakone ! Nous c’était pas ça du tout, fallait de bons yeux pour distinguer le Fuji :)

    PS: hum, certes, j’avoue je viens seulement de lire votre article en détail… おそい!ごめんね

  7. Tam dit :

    Merci tout le monde !
    kout : ne l’encourage pas malheureuse !
    Poison Lady : On avait fait des photos du bateau en 2009, mais il me plait pas ce bateau pirate >< Pour les cordes, ce sont des Shimenawa, elles indiquent un endroit/arbre sacré.
    petitadrien : il fallait y être à 7 heures du matin :p
    (et vu comme j'ai été en retard pour poster l'article, t'es tout pardonné !)